Petite initiation à la fabrication du savon au lait d’ânesse

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance de découvrir le temps d’un après-midi les coulisses de la fabrication de savon au lait d’ânesse aux côtés de Laetitia qui est artisan savonnier à Ampuis, à quelques kilomètres au sud de Lyon. Une expérience super enrichissante que je vous partage ici, et qui je l’espère, vous donnera envie de tenter l’aventure à votre tour !

J’ai toujours eu une attirance pour les métiers artisanaux et rencontrer les artisans et créateurs est à chaque fois une super découverte pour moi. J’aime discuter avec eux, comprendre ce qui les anime, leur rapport à la matière, connaître leur histoire. Que ce soit lors d’un atelier ou au cours d’une simple discussion, je repars toujours ravie d’avoir appris de nouvelles choses et vécu un moment de partage avec une personne dont le métier est de « créer ».

La rencontre avec un artisan

J’ai rencontré Laetitia lors d’un atelier WeCanDoo qui m’a été offert par des amies (que je remercie encore infiniment !). WeCanDoo est une plateforme qui met en relation le grand public avec des artisans et producteurs, et propose de découvrir pendant plusieurs heures leur métier ainsi que leur savoir-faire. Ces expériences permettent de recréer du lien entre artisans et consommateurs, et de valoriser la richesse des métiers présents tout autour de nous. En découvrant les secrets de fabrication d’un objet, en comprenant sa conception, la complexité de certains gestes, le temps que cela nécessite, nous reprenons conscience de sa « vraie » valeur. Bien loin de l’acte presque inconscient d’un achat compulsif, on ressort de notre atelier des étoiles plein les yeux, et dans les mains notre petit trésor, fabriqué de toutes pièces et chargé de bons souvenirs.

Pour cet atelier, j’avais donc rendez-vous au laboratoire de Laetitia, afin de découvrir son univers, de fabriquer de mes propres savons, et de rencontrer ses douces ânesses. Autant vous dire que j’étais ravie de cet après-midi car non seulement j’étais hyper heureuse de rencontrer Laetitia qui est une personne passionnante et profondément humaine, mais en plus j’ai pu repartir avec mes premiers savons maison… Quelle fierté ! Et en bonus, j’ai même eu le droit à une balade avec deux de ses ânesses, c’était tout simplement magique !

À la découverte du métier de savonnier

Il y a quelques années, Laetitia décide de quitter le monde de la pharmaceutique et de se reconvertir dans un métier dans lequel elle trouverait plus de sens. Objectif : être plus en adéquation avec ses valeurs et sa personnalité, tout en étant en contact avec la nature et les ânes qu’elle aime tant. Elle suit alors une formation en savonnerie à froid et une en agriculture, elle s’installe a son compte sur les hauteurs de Vienne. Son laboratoire est situé dans sa belle maison, une ancienne ferme qu’elle et son compagnon restaurent, à deux pas du pâturage de ses ânes. En pleine campagne, là où la nature offre ce qu’il y a de plus beau, naît Volume, sa marque de savons saponifiés à froid.

Crédit photo : ©Volume

Laetitia partage ainsi son temps entre l’élevage de ses ânes, qui sont installés sur 5 hectares, et la fabrication de ses savons. La qualité de ses produits repose d’une part dans la technique de saponification à froid et d’autre part sur l’utilisation du lait de ses ânesses. La saponification à froid permet de conserver toutes les propriétés des beurres et huiles utilisés et ainsi donner un savon surgras, mais également d’apporter un grand pouvoir hydratant avec la glycérine créée naturellement lors de ce processus.

Le lait d’ânesse, quant à lui, est utilisée depuis des millénaires pour ses vertus médicales et dermatologiques. Très proche du lait maternel, il contient de nombreux actifs aux pouvoirs anti-inflammatoires, anti-septiques et anti-oxydants. C’est pour cela que le savon au lait d’ânesse convient si particulièrement aux peaux sensibles et atopiques.

Laetitia mêle donc amour pour ses ânes et savoir-faire tout au long de la création de ses savons. Les soins sont effectués dans le plus grand respect de l’animal : la traite est réalisée dans le pré et à la main, durant laquelle les ânons restent à proximité de leurs mères. Une toute petite quantité de lait (juste le nécessaire pour la fabrication) est prélevée pour les savons, de sorte à ce que les ânons puissent se nourrir à leur faim. Ainsi, une relation de confiance, presque fusionnelle lie Laetitia et ses ânes. Le secret de la qualité de ses savons réside dans ce travail si respectueux et passionné.

La transmission de la passion et du savoir-faire

L’atelier de découverte chez Laetitia s’est déroulé sur un après-midi entier, ce qui nous a laissé le temps de faire connaissances, d’échanger sur le métier de savonnier et de rencontrer les mascottes qui nous ont offert leur précieux lait.

Nous étions deux participantes en compagnie de Laetitia, qui souhaite garder une vraie dimension humaine lors de ses ateliers, dans un esprit de partage et de transmission. L’ambiance était vraiment chaleureuse, ce qui m’a beaucoup plu car comme je vous le disais en début d’article, c’est vraiment ce type d’échanges qui m’anime et me donne envie de découvrir de nouveaux savoir-faire. Après avoir revêtu nos blouses de chimistes, nous avons eu une petite présentation du processus de saponification à froid, méthode artisanale qui permet d’obtenir un savon de qualité. Nous sommes ensuite passés à la pratique : sous les indications de Laetitia, nous avons fabriqué notre pâte à savon en sélectionnant une partie des ingrédients. Nous pouvions composer avec ou sans argile (verte ou rouge) et ajouter des parfums. Ces derniers sont composés à Avignon à partir d’essences naturelles, un vrai régal pour le nez ! Les savons étaient ainsi personnalisés à 100%.

Les ingrédients utilisés sont minutieusement sélectionnés pour leurs qualités et leurs propriétés : beurre de karaté, huile de coco, huile d’olive et huile de tournesol, tous ces corps gras étant bio.

Laetitia dans en pleine fabrication – Crédit Photo : ©Volume

La pâte à savon met quelques temps à se figer, Laetitia nous a donc proposé de profiter de ce temps pour faire la connaissance de deux de ses ânesses, qui nous ont elles aussi fait très bon accueil. Nous avons apprécié le beau temps au cours d’une petite promenade avec elles, dans ce joli coin de nature. Ce fut un beau moment de rigolade où nous avons pu comprendre notamment l’expression « être têtu comme un âne » ! Eh oui, les ânesses ont bien compris qu’elles avaient à faire à des novices et ont tenté de nous amadouer avec leurs beaux yeux. Heureusement, Laetitia était là pour les guider, car par moment, je pense que c’était plutôt elles qui décidaient de l’itinéraire de la promenade ! Ce moment en pleine nature nous a permis également de voir la relation de complicité présente entre les ânesses et leur maîtresse. Dans leurs gestes, leurs regards, leur attente pouvait se deviner toute la douceur et l’affection qu’elles lui témoignent.

Laetitia et ses ânesses

Après cette belle balade, nous sommes revenus à l’atelier où, comme par magie, les savons avaient commencé à solidifier. De manière générale, le savon a besoin de sécher plusieurs semaines avant utilisation. Laetitia nous a par la suite envoyé un petit message pour nous indiquer quand les savons étaient prêts pour utilisation, après vérification du pH.

Une expérience humaine et enrichissante

Je garde un super souvenir de l’après-midi passé aux côtés de Laetitia. Non seulement j’ai appris à fabriquer du savon de manière artisanale, mais surtout j’ai vécu une expérience humaine, un véritable moment d’échanges grâce à la gentillesse et la générosité de Laetitia.

Depuis que je suis passée en zéro déchet et n’achète plus de gel douche, je me suis en quelque sorte « passionnée » par les savons. Je choisi toujours avec soin un produit artisanal, saponifié à froid, sans huile de palme, et une composition respectueuse du corps et de l’environnement. Découvrir les coulisses de la fabrication de cet « objet » du quotidien lui donne encore plus de valeur à mes yeux. C’est ce que j’aime particulièrement dans le travail artisanal, mais également lorsque j’apprends à mon tour à fabriquer quelque chose de mes mains. Mes connaissances s’enrichissent, et je réalise alors le temps, la réflexion nécessaire à la création. Cette pleine conscience me permet d’apprécier ce qui m’entoure, et de ressentir de la gratitude pour tous les artisans et créateurs qui font perdurer leurs savoir-faire et connaissances. Pour moi, le bonheur réside dans ce genre de petits plaisirs simples !

Je ne peux que vous inviter à découvrir et soutenir à votre tour le travail de Laetitia en offrant ou vous offrant ses savons ainsi qu’une place pour son atelier de fabrication. Pour cela rendez-vous :

On fini avec plein de douceur dans les yeux de Brindille à gauche et Gaya à droite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*